Des riverains attaquent la Mairie de Châtillon et un promoteur

Alors que de nombreux projets immobiliers sont en cours à Châtillon, certains sont fortement contestés par les riverains. C’est le cas par exemple de la future résidence étudiante à l’angle de l’avenue de Verdun et du Boulevard de Vanves mais aussi du projet Villa des Paroseaux. 

Dans ce dernier cas, 4 copropriétaires dont l’immeuble est juste situé en face du projet, ont fait le choix de déposer un recours à l’encontre de la mairie de Châtillon, du propriétaire du terrain et du promoteur pour non-respect du PLU (hauteur non respectée notamment) et dévalorisation de leurs biens immobiliers (perte de vue, perte de lumière).

Les 4 recourants n’auraient ainsi pas été destinataires du permis de construire dans son intégralité malgré leur demande au service urbanisme de la ville.

La contre-attaque du BTP

Comme souvent dans pareil cas et sans attendre la moindre décision de la Justice, le promoteur a attaqué à son tour les 4 familles châtillonnaises pour recours abusif en leur demandant entre 500 000 et 2,7 millions d’euros. En effet, selon l’entreprise, le recours des requérants entraine une perte importante de revenus, dont le montant varie si le projet est retardé ou s’il est annulé.

David contre Goliath

Comme souvent dans ce genre de cas, il est très difficile pour les riverains de contester un permis de construire. Les entreprises n’hésitant pas à les attaquer et leur demander d’importantes sommes pour ce qui peut apparaître comme de l’intimidation (http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/boulogne-billancourt-un-promoteur-reclame-15-meur-aux-voisins-14-02-2019-8012190.php). Alors que le nombre total de recours sur les permis en France est de 1,6% (selon le rapport Maugüé Août 2017 – http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/2018.01.11_rapport_contentieux_des_autorisations_d_urbanisme.pdf), le gouvernement cherche lui-même à réduire les possibilités de recours afin de favoriser le secteur du BTP. Les possibilités de recours des citoyens n’en seront que plus difficiles.

L’opposition dénonce également un urbanisme sauvage

Cet exemple donne du relief aux critiques de l’opposition municipale qui dénonce régulièrement la politique d’urbanisme de la ville tournée vers les constructions immobilières sans prévoir les infrastructures suffisantes (lycée, écoles, gymnases, lieux culturels…).

Découvrez le reportage de France 3 IDF sur l’urbanisation à Châtillon